Pourquoi faut-il nettoyer les réseaux aérauliques ?

La notion « aéraulique » est souvent incomprise, pourtant, elle occupe une grande place dans le secteur industriel et scientifique. Pour améliorer la qualité de l’air et prévenir certaines pathologies récurrentes, le nettoyage des espaces aérauliques est donc une opération qui ne doit pas être prise à la légère.

Quelles installations entretenir ?

Le marché du nettoyage aéraulique se développe progressivement et, bientôt, il pourra représenter environ 150 millions d’euros. Il s’agit en effet d’un entretien périodique ou régulier qui prend en considération les réglementations concernant la sécurité incendie.

Les installations faisant l’objet de nettoyage sont généralement les gaines, les ventilations mécaniques et les cuisines collectives. Elles sont souvent à l’origine de la propagation du feu en cas d’incendie, ou de l’impureté de l’air, qui peut engendrer des pathologies graves. Ces maladies se manifestent par des malaises et de grandes irritations. Dans des cas plus sévères, on peut souffrir d’une maladie grave comme le syndrome des bâtiments insalubres.

Il est de ce fait logique de maintenir la qualité de l’air et de favoriser l’hygiène au sein des locaux. En d’autres termes, il faut procéder régulièrement au nettoyage des réseaux aérauliques.

Comment les nettoyer ?

Le recours à des outils spécifiques, voire « intelligents », garantira le bon fonctionnement de votre équipement et améliore la sécurité et la qualité de l’air dans vos locaux. Le nettoyage des gaines exige par exemple des compétences techniques qui varient selon le type de conduits souvent fabriqués avec de l’acier galvanisé. Cette matière résiste sans nul doute à l’air, mais pas pour autant à l’eau. De même, on doit aussi éviter l’usage des produits nettoyants qu’ils soient liquides ou chimiques. Cela pourrait entrainer la détérioration des parois.

Pour garantir alors un entretien durable de ces gaines, il est recommandé d’utiliser des robots motorisés. Le principe consiste à dépoussiérer les gaines par le biais d’un brossage puis à aspirer les poussières. Mais ces robots spécifiques peuvent aussi être dotés d’une caméra-vidéo pour mieux surveiller l’opération. Ils peuvent également créer une dépression, une fonctionnalité importante qui permet d’éviter la propagation des poussières dans l’ensemble du bâtiment.

Les autres types d’entretien

Le Code du travail précise qu’il est important de réaliser des opérations d’entretien et de contrôle des installations spécifiques.

Les installations VMC à gaz doivent par exemple faire l’objet de diagnostic et d’entretien de façon périodique, tous les ans et puis tous les 5 ans. De même, le débit de l’air et le système de ventilation doivent également être contrôlés régulièrement.

Enfin, les cuisines collectives sont aussi source d’incendie. La loi rend donc obligatoire leur nettoyage au moins une fois par semaine.